Le prix Lionel-Groulx 2016 attribué au Drummondvillois Michel Langlois

Centre-du-Québec, 24 mai 2016La Société Saint-Jean-Baptiste du Centre-du-Québec (SSJBCQ) a profité de la cérémonie des Mérites en histoire tenue au Centre Richard-Lebeau de Saint-Léonard-d’Aston le 18 mai dernier pour dévoiler le récipiendaire du prix Lionel-Groulx 2016. C’est le Drummondvillois Michel Langlois qui a été honoré pour sa riche contribution historique à laquelle il se consacre depuis plus de 60 ans.

Michel Langlois Prix Lionel-Groulx 2016

Le président de la SSJBCQ, François Beaudreau, le récipiendaire du prix Lionel-Groulx 2016, Michel Langlois, et la directrice générale de la SSJBCQ, Gisèle Denoncourt

Chaque année depuis 1988, la SSJBCQ tient à souligner l’engagement d’une personne ou d’un groupe pour ses actions, ses écrits ou ses interventions en faveur de la promotion de l’histoire, du patrimoine ou encore de l’expression du nationalisme québécois. La cuvée de candidatures 2016 était de haut calibre, mais le jury a été impressionné par le parcours et l’héritage de Monsieur Langlois.

Auteur de trois grandes sagas de 4 tomes chacune, ses livres ont conquis plus de 100 000 lecteurs québécois. Ces trois sagas ont le mérite de couvrir en grande partie l’histoire du Québec depuis les débuts du 17e siècle jusqu’au milieu du 20e. Ses personnages sont fictifs, mais ils vivent constamment avec des personnages qui ont marqué notre histoire. Les faits sont présentés en de courts chapitres titrés, chacun d’eux abordant un thème ou un événement particulier.

Également publiées en France par les éditions France Loisirs, ses sagas « La Force de vivre », « Ce pays de rêve » et « Les gardiens de la lumière » y obtiennent aussi un vif succès.

L’année 2015 a été particulièrement occupée pour Michel Langlois en raison du 350e anniversaire de la venue du Régiment de Carignan-Salière. Étant le seul auteur a avoir publié un volume en français sur ce régiment depuis 1925, Michel Langlois a été amplement sollicité pour faire connaître ce sujet un peu partout au Québec.

En plus d’avoir fait la description de l’exposition tenue sur le sujet au Château Ramesay à Montréal, il a prononcé pas moins de 20 conférences à travers le Québec. Des centaines de personnes ont ainsi pu apprendre le rôle joué par ce régiment sur nos rives, lequel a largement contribué à peupler le pays et à assurer la paix avec les Iroquois pendant 20 ans.

Ces conférences sur le Régiment de Carignan-Salière ajoutées aux sagas historiques écrites par Michel Langlois permettent aux Québécoises et aux Québécois de connaître mieux leur histoire et de garder en mémoire les coutumes et traditions de nos aïeux. Ses réalisations de 2015 sont la continuation de son implication dans le domaine de l’histoire depuis maintenant plus de 60 années!

Monsieur Langlois, maintenant septuagénaire, avouait avec fébrilité que c’était la première fois qu’il recevait un prix pour ses nombreuses réalisations en lien avec l’histoire.

« On m’invite à dire un mot. Si je n’avais qu’à dire un mot, ce serait histoire. J’ai été appelé tout le long de ma vie et de ma carrière à faire la promotion de l’histoire, ce qui m’a même procuré l’occasion de donner des conférences en France, en Suisse et en Italie. Le prix que je reçois veut d’abord souligner ma contribution en 2015 à la promotion de l’histoire et du patrimoine. C’est d’abord à ce titre que je le reçois, mais, à mes yeux, il vient souligner pour la première fois l’ensemble du travail que j’ai accompli en ces domaines et je suis très reconnaissant à la Société Saint-Jean-Baptiste du Centre-du-Québec de me l’attribuer. Il m’est remis en même temps qu’on remet à 91 jeunes des certificats pour leur réussite à l’examen du ministère en histoire. Je les en félicite et je les exhorte à continuer à s’intéresser à l’histoire. Nous vivons dans une société où par bout on ne sait pas trop où on s’en va. À défaut de savoir où l’on va, on doit au moins savoir d’où l’on vient, afin d’éviter les erreurs de nos prédécesseurs et imiter leur courage et leur détermination.»

Le prix Lionel-Groulx est assorti d’une bourse de 500 $, d’une sculpture et d’un certificat honorifique qui furent remis à Monsieur Langlois par le président de la SSJBCQ, monsieur François Beaudreau.

— 30 —

Source :               Johanne Yergeau, Coordonnatrice aux événements et aux communications
                              SSJBCQ  |  819 478-2519  |  800 943-2519  |  Courriel :

18 mai 2016 |

privilege

Infolettre

Enveloppe

Inscrivez-vous à notre infolettre.