La SSJBCQ réagit au projet de loi 14 modifiant la Charte de la langue française

Lors d’une rencontre de presse tenue à son bureau régional, le lundi 4 mars, la Société Saint-Jean-Baptiste du Centre-du-Québec a dévoilé sa position relativement au projet de loi 14 déposé par le gouvernement québécois. Voici le communiqué émis à cette occasion.

La Société Saint-Jean-Baptiste du Centre-du-Québec  fait connaître sa position à l’égard du projet de loi 14 du gouvernement québécois appelé à modifier la Charte de la langue française. Par le biais de sa présidente régionale, Suzanne Pinard Lebeau, la SSJBCQ lance un appel aux élus de la région à agir avec vigilance dans ce débat émotif, mais essentiel.

 La présidente du conseil régional d’administration de cet organisme régional constate que l’avenir du français au Québec demeure fragile. « La mondialisation, le multiculturalisme et la révolution technologique constituent un danger pour le futur de plusieurs langues, dont notre langue nationale», de souligner celle-ci. Constatant que plusieurs Québécois semblent persuadés que la prospérité du Québec passe par une « bilinguisation », la SSJBCQ affirme que le français tend à s’affaiblir comme langue de référence. Pour sa présidente, le statut de langue nationale et le prestige rattachés à cet élément de fierté identitaire s’effritent.

 Ainsi, la SSJBCQ considère que le projet de loi 14, qui propose des modifications à la Charte de la langue française, représente une première étape dans un processus de revitalisation de la langue française au Québec. Favorable à différentes mesures proposées dans cette législation, la SSJBCQ va plus en loin en proposant d’une part la création d’un Commissariat à la langue française et d’autre part que la connaissance du français devienne un critère de sélection prioritaire pour immigrer au Québec. De plus, ce regroupement centricois insiste pour que le gouvernement québécois se dote d’une véritable politique d’apprentissage des langues secondes. Celle-ci devant relever du ministère de l’Éducation.

 «La Société Saint-Jean-Baptiste du Centre-du-Québec rappelle aux Centricois et Centricoises que malgré l’existence de toute législation en lien avec la langue française, il est du devoir de tout citoyen de protéger et de défendre notre langue et d’en être fier afin de la transmettre aux générations futures. Sans l’effort de la société civile, toute législation demeurera vaine», de conclure Suzanne Pinard Lebeau.

 Première en importance au Québec,la Société Saint-Jean-Baptiste du Centre-du-Québec regroupe près de 30 000 membres. Elle a pour mission la promotion de la culture québécoise.

Texte intégral de la présidente régionale

4 mars 2013 |

privilege